"La sueur sauve le sang, le sang sauve des vies, mais le cerveau sauve les deux."
- Citation de Klaus Fritz

L'histoire de Klaus Fritz

Dans les premiers dossiers trouvés , j’ai pu lire :
Né le 11 janvier 1923 à Tourcoing.
Son père , né à Mouscron (B) caserné à Gand (B) fera partie du service médical sur le front de l’Yser en 14/18.
Son oncle (frère de son père) , né à Roubaix était cavalier-estafette reliant régulièrement les états majors de la Somme et de l’Yser pendant la grande guerre.
Le fait d’être un frontalier, de participer aux activités professionnelles familiales, de voyager en Belgique , aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Allemagne , il se forme très vite à parler plusieurs langues, le flamand étant une langue quasiment identique au néerlandais, et assez proche de l’allemand
En 1940. Il entre en contact avec des groupements de la résistance du Nord de la France grâce à son oncle , et des Flandres belges.Il coordonnera les actions de différents réseaux.
Il fera partie du réseau d'évasion d'aviateurs, le réseau Comète. Le groupe NOLA l’entraîne à différents sabotages.
En 1941 . Il entre dans le réseau Clarence , un réseau de renseignements belgo-français
En 1942. Durant l'été, survient le port obligatoire de l'étoile jaune pour les juifs. Le Comité de défense des Juifs lui demande de l’aide pour les faire passer en zone libre.
Il est fiché car il n’obtempère pas au Service du Travail Obligatoire à la suite du décret allemand du 6 mars 1942.
En 1943. Au début de l’année, il participe à la coordination des réseaux du nord de la France et des diverses provinces belges et hollandaises.
L'armement se développe avec les parachutages britanniques et la récupération d'armes cachées depuis 1940. Il participe à des actions de plus en plus audacieuses, exécutions de traîtres, attaques de convois militaires, sabotages d'industries réquisitionnées qui travaillent pour l'Allemagne.
Le 21 juillet 1943, il se fait prendre à Bruxelles lors de l’opération « orchestre F ».
Torturé par la Gestapo, il sera déplacé de la Kommandantur de Mouscron vers la prison de Courtrai, puis Gand où on lui annonce qu’il partira prochainement dans un camp ( ?) en Allemagne. Son père , connaissant très bien les lieux , l’aide à s’évader avec plusieurs de ses compagnons de cellule.
Les « chtis » l’aident dans sa fuite vers la zone libre ! mais le chemin est long et semé d’embûches…. Son but sera de rejoindre l’Angleterre et les Alliés…
En 1944. Le 1er juin un premier message codé est envoyé à destination de la résistance belge sur les ondes de la BBC: «La frondaison des arbres vous cache le vieux moulin». Ce message est le signal d'une mobilisation générale de la Résistance en prévision du débarquement.
A ce moment-là , Klaus se trouve à Pithiviers. Il décide de rebrousser chemin…
Le 8 juin 1944, un second message est lancé dans le cadre de l'opération Overlord: «Le roi Salomon a mis des gros sabots». Ce signal déclenche une très importante vague de sabotages en Belgique et dans le Nord de la France, auxquels il participe, visant principalement les voies et les moyens de communication.
Il combat contre les arrière-gardes allemandes pendant la Libération et le guidage des unités alliées, notamment en aidant la 1re armée canadienne commandée par le lieutenant-général Simonds pour sauver le port d'Anvers et en permettant la prise de la ville, ce qui permettra de désamorcer les sabotages des installations portuaires.
Le 17 septembre, le maréchal britannique Montgomery lance ce qu'il espère être la percée définitive vers l'est avec trois puissantes opérations aéroportées sur les Pays-Bas.
Klaus se retrouve à Nimègue, avec les parachutistes américains qui s'emparent du pont (un des objectifs de l’opération MARKET GARDEN) et se maintiennent sur la Meuse où ils sont rejoints par les hommes de la 2e armée britannique.
Mais, à Arnhem, au-delà du Rhin, c'est l'échec. « UN PONT TROP LOIN »
En 1945. En février, Il participe à l’opération « VERITABLE » avec la Ire armée canadienne afin d'établir une jonction progressant à partir de Nimègue aux Pays-Bas dans le cadre de l’opération « GRENADE » menée par la IXe armée américaine et par le 21e Groupe armées de Montgomery
*** Entre les missions à risques, Klaus est affecté aux renseignements. Tout d’abord en infiltration des prisonniers. Puis en interrogatoires non violents.
*** Plus tard, les prisonniers allemands seront plus coopératifs, se sentant perdus, voulant rentrer au plus vite dans leur foyer.
POST SCRIPTUM :
- Ceux qui le connaissent bien savent qu’il y a 50 % de Klaus qui se rapprochent énormément de la vérité. L’autre moitié est due à une anecdote humoristique
- Le fils de Klaus Fritz (qui porte le prénom d’un soldat britannique , mort au combat et meilleur ami de Klaus) poursuit des recherches dans les dossiers concernant son père dans les archives de l’état, les prisons où il est passé)

Décoration(s) militaire(s) du Cpl. Klaus Fritz

Veteran Order

Diplôme(s) militaire(s) du Cpl. Klaus Fritz

Bleusaille

MG

Mortier Léger


Competences de Klaus Fritz

Leader
Infanterie
Logistique
Blindé